Groupe eau

Le groupe-eau du Conseil de Développement de Redon est en fonctionnement sur décision du CA, depuis plus d’un an et demi.
Son objectif est la sensibilisation du grand public sur les pollutions diffuses (Nitrates, phosphates, pesticides, métaux lourds, médicaments). Ce qui le conduit à faire des actions décrivant la qualité des eaux souterraines et des rivières, sur la qualité de l’eau potable distribuée au robinet, sur la qualité des rejets dans l’environnement des stations d’épuration, sur les conséquences pour la santé des citoyens, de la contamination par les pesticides de leurs organismes.
Dans cette optique, le groupe-eau a conduit deux analyses d’urines de 2 x 37 citoyens de l’Agglo de Redon qui in fine portent plainte. La deuxième analyse a été conduite avec un partenariat entre la Mutuelle des Pays de Vilaine et le Conseil de développement. A la suite de ces actions, un certain nombres d’articles sont parus dans les journaux qui confirment que les citoyens sont grandement concernés par les conséquences de l’utilisation des pesticides et des conséquences sur leur santé.
Le groupe eau a mené deux actions en 2019 et 2020 d'analyses d'urine pour détection du glyphosate. La dernière session de janvier 2020 a été organisée en partenariat avec la Mutuelle des Pays de Vilaine. 
pi.jpg
MjAyMDAxODQwNzVjMDU1MzllMWVlZjYxYTkxZmU0

Session janvier 2020

Session mai  2019

En moyenne, les 20 femmes ont un taux de glyphosate de 0,84 nanogramme par millilitre, alors que les 17 hommes sont à 1,9. Le taux le plus bas est de 0,17 ; le plus élevé de 2,64. C’est-à-dire entre 1,7 et 27 fois plus élevé que la valeur maximale autorisée pour un seul pesticide dans l’eau potable distribuée au robinet.

On peut y voir des taux de glyphosate allant de 0,31 à 2,44 nanogrammes par millilitre, sachant que la valeur maximale autorisée pour un seul pesticide dans l’eau potable distribuée au robinet est de 0,1.  Ce sont donc des taux de 3 à 24 fois plus élevé , 

paysde redon.jpg